radio renversée

Radio renversée | ǝǝsɹǝʌuǝɹ oıpɐɹ : Émission irrégularomadaire de critique sociale et création sonore, co-produite par la compositrice Aude Rabillon et la chercheuse Juliette Volcler.

Plus d’information sur leur site https://intempestive.net

Licence : sous licence libre (CC by-nc)
Durée : 120 minutes en moyenne



Podcast ::

Décembre 2020 :: Radiocast #005 – Renverser l’entraide

Dans cette émission patchwork, nous traversons sept lieux en France métropolitaine pour comprendre comment s’y est organisée la solidarité pendant le confinement : à partir de quels collectifs ou structures pré-existantes, de quelles histoires de résistance, avec quelles analyses politiques, quels questionnements, quels objectifs


Novembre 2020 :: Radiocast #004 – Renverser l’école

Au début du premier confinement, on nous avait promis l’avènement des jours heureux. À son issue on découvre effaré·es des enfants parqué·es dans des carrés de 2 mètres sur 2 dans la cour de récréation. La maltraitance institutionnelle comme nouvelle société ? Sans façons. Une émission toute entière consacrée aux enfants, à l’école, à l’enseignement.


Octobre 2020 :: Radiocast #003 – Renverser la société validiste

À l’heure où fleurissent des consignes maltraitantes en guise de réponse officielle à la crise sanitaire, il paraît plus que jamais judicieux de bâtir, au contraire, une société fondée sur le soin, l’attention, l’auto-détermination, l’auto-organisation, l’inter-dépendance. Cette idée ne surgit pas de nulle part. Divers collectifs y travaillent, sur le plan théorique comme d’un point de vue pratique, depuis de nombreuses années. Et parmi eux, en première ligne dans la lutte pour les droits de toutes et tous, indépendamment de la condition sociale, du genre, de la santé ou des identités multiples de chacun·e : les collectifs de personnes handicapées. Ils démasquent la loi du plus fort savamment cachée dans les discours censément universalistes, ils étrillent les normes qui fabriquent de la vulnérabilité en prétendant y remédier, ils déboulonnent le productivisme appliqué aux corps et aux esprits, ils oeuvrent pour la diversité, l’appropriation et l’intelligence collectives. En un mot comme en cent ils luttent contre la société validiste.
Grand entretien avec le Clhee (Collectif Lutte et Handicaps pour l’Égalité et l’Émancipation), le Cle-autistes (collectif pour la liberté d’expression des autistes) et Handi social (association d’entraide et de défense des droits des personnes en situation de handicap ou de maladies invalidantes).


Septembre 2020 :: Radiocast #002 – Renverser le travail gratuit

On se penche aujourd’hui sur ce qui apparaît comme un pilier de l’état d’urgence sanitaire (et qui était d’ailleurs déjà là avant, de façon vaguement plus discrète) : le travail gratuit. Celui des couturières fabriquant masques ou surblouses pour les hôpitaux ou les municipalités sans aucune rémunération, celui des infirmières stagiaires payées 1 € de l’heure, mais aussi celui, hors institutions et dans une toute autre logique, des brigades populaires assurant la préparation et la distribution de milliers de repas. Une partie non négligeable des actions vitales menées dans le cadre de la pandémie ne sont pas – ou peu – payées. D’où vient le travail gratuit ? Dans quelle lignée s’inscrivent l’État et le privé quand ils appellent massivement à notre générosité aujourd’hui ? Quelles clés nous donnent les analyses féministes sur la question ? Quelles pistes ouvrent les initiatives d’auto-organisation ? Une chose est sûre : il faudra se battre pour instituer une société fondée sur le soin.


Août 2020 :: Pause d’été


Juillet 2020 :: Radiocast #001 – Renverser l’état d’urgence sanitaire dans les foyers de migrants, en maison de retraite et dans un HP

C’est la première de Radio renversée, une émission irrégularomadaire qui mêle critique sociale et création sonore. Elle est diffusée sur la fantastique ∏node (DAB+ canal 11 à Mulhouse et canal 9 à Paris), que nous remercions chaleureusement.

Pourquoi Radio renversée ? Parce que les renversements, c’est bien, il serait temps. Parce que ce qui nous intéresse le plus c’est pas de faire de la radio pour causer mais faire de la radio pour écouter. Parce que forcément ça va être bancal, bidouillé, casse-gueule, mais c’est la condition pour que l’émission soit ouverte à la fragilité, aux hésitations, aux doutes. Parce que ça va sans cesse basculer d’entretiens très politiques à des créations très poétiques, de reportages à l’arrache à des musiques déters. Bref, parce que le renversement c’est ambitieux et amusant.



https://intempestive.net/